Contactez nous :

Afdi68@gmail.com

03 89 222 888

​Trouvez-nous : 

Maison de l'Agriculture

11 rue Jean Mermoz

68127 Sainte-Croix-en-Plaine

© 2014 - AFDI 68

Un contexte difficile pour les maliennes...

Les femmes transformatrices maliennes évoluent dans un contexte difficile pour plusieurs raisons :

D’abord, bien que représentant 52% de la population, les femmes maliennes sont souvent marginalisées et défavorisées. Seule 12,1 % d’entre elles sont alphabétisées contre 48,3% chez les hommes car plus de 71% d’entre elles n’ont aucune instruction après 15 ans et que seule 53,7% des petites filles (en dessous de 15 ans) vont à l’école (contre 75,3% pour les garçons). Chiffres du PNUD

 

Conscientes des déséquilibres hommes/femmes à travers le monde, les Nations-Unies se sont d’ailleurs fixé des Objectifs Millénaire pour le Développement dont « promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation de la femme ». ONU - objectifs du millénaire.

 

D’ailleurs, lors de la préparation de ce projet avec les deux coopératives à l'initiative du programme, beaucoup d’entre elles ont souligné la frustration de n’avoir pas pu aller à l’école et d’être très handicapées aujourd’hui, surtout que d’un point de vu commerciale régional et national, tout se passe en français : elles n’ont pas accès à l’information, elles ne peuvent pas répondre à des propositions commerciales et encore moins en initier, elles ne peuvent pas peaufiner leurs étiquettes… Ce projet veut donner des outils à des coopératives de femmes pour pouvoir aller à l’avant de leurs développement et être un exemple pour les autres femmes du Mali.

 

Deuxièmement, au Mali, la transformation est une affaire de femmes, c’est aussi un enjeu majeur du développement agricole et économique. En effet, les marchés maliens sont inondés par les produits importés (boîtes de conserve, concentrés de tomate, pâtes, lait en poudre, confiture de fraises…). Soutenir la fabrication locale de ces produits avec des matières premières agricoles locales favorisera les investissements locaux et développera les emplois autour de l’agriculture.

 

A travers le développement de l’entreprenariat féminin, ce projet a pour objectif de renforcer les capacités des femmes transformatrices dans leurs coopératives en favorisant la prise de responsabilité au sein des organisations professionnelles locales, régionales et internationales, en améliorant leurs conditions socio-économique de ses femmes et en développent leur autonomie. Cet objectif contribue à la reconnaissance des doits des femmes dans une société où ils sont souvent bafoués (surexploitation, main d'œuvre gratuite, exploitation sexuelle, victimes de violences...).

 

Ainsi, soutenir la formation et l’émancipation de leaders dans ces coopératives de femmes qui seront des exemples dans leurs famille et villages, semble être une priorité du développement. C’est aussi le cœur de métier d’Afdi : le développement agricole doit passer par la structuration et le renforcement des organisations paysannes dans le cas de ce projet, féminines.

La sécurité alimentaire des pays du Sud passe par le développement de leur agriculture familiale et donc par l’implication des femmes dans les processus techniques, organisationnels et commerciaux de la production ainsi que dans les prises de responsabilités au sein de leurs  organisations paysannes, notamment des coopératives.

 

En projet est mené en partenariat avec la fondation Elle, l'AFSCO et l'ACE.

Actualités du projet

Le projet des femmes transformatrices de Yanoflila a gagné les prix Marjolaine 2014 : prix du public et prix du jury !

 

Les ateliers sociolinguistiques ont repris en juin 2014 à Yanfolila. 30 femmes issues des 4 coopératives y participent. Elles sont réparties dans 3 groupes.

 

La dernière réunion du groupe femme a eu lieu le 11/12/14 

 

Mission Nord Sud du 12 au 20 janvier 2015

4 coopératives impliquées

Coopérative Wassa = L'Excellence

Produits transformés : produits cosmétiques ou beurre de consommation à base de karité

Membres : 15 femmes

Adhésion au CLCR : 2007

Elles ne disopsent pas de local mais ont du matériel en commun

Clients : à Bamako, Yanfolila et Sikasso

Participation aux ateliers sociolinguistiques pour 15 d'entre elles, 15 ont participé aux formations markéting et 3 sont venues en France. Elles ont également eu des échanges et formations techniques sur le karité

Objectifs pour 2014 : recherche d'un local, travail sur les étiquettes, participation aux foires et formations

Coopérative Ambékum = l'Entente

Produits transformés : produits cosmétique à base de miel

Membres : 16 femmes

Adhésion au CLCR : 2012

Elles disposent d’un local pour la vente, la transformation et le stockage ainsi que du matériel en commun.

Clients : à Bamako, Yanfolila, Mopti et Sikasso

Participation aux ateliers sociolinguistique pour 12 d’entre elles, 10 ont participé aux formations marketing 1 est venue en France.

Objectifs pour 2014 : continuer les formations, aller à des foires agricoles, avoir de l’eau dans les locaux.

 

Coopérative Tiessiri = Dévouement

Coopérative Djiguya = L'Espoir

Produits transformés : confiture, jus, purée, bonbons à base de fruits

Membres dans la coopérative : 20 femmes

Adhésion au CLCR : 2006

Elles disposent d’un local pour la vente, la transformation et le stockage ainsi que du matériel en commun.

Clients : Yanfolila et via les foires

Participation aux ateliers sociolinguistique pour 16 d’entre elles, 16 ont participé aux formations marketing et 3 sont venus en France.

Objectifs pour 2014 : vendre les stocks, participer à des foires, poursuivre les formations sociolinguistiques.

Produits transformés : produits cosmétiques ou beurre de consommation à base de karité

Membres dans la coopérative : 25 femmes

Adhésion au CLCR : 2013 - la coopérative a changé de nom en 2014

Elles ne disposent pas de local, ni de matériel en commun.

Clients : Yanfolila

Participation aux formations markéting pour 3 felles

Objectifs pour 2014 : améliorer la qualité du beurre et la commercialisation

3 actions sur 3 années ( 2012 - 2014)

1. Alphabétisation des femmes en Français

Le préalable à l’amélioration de la commercialisation est la communication. Ainsi, les femmes souhaitent développer leur connaissance du Français pour pouvoir par la suite négocier des contrats de commercialisation de leur production. C’est d’ailleurs la demande initiale des coopératives de femmes. L’objectif spécifique de cette phase est d’améliorer les capacités des femmes transformatrices à communiquer en français afin de pouvoir être initiatrices et actrices des discussions téléphoniques ou en réunions avec des clients potentiels.

 

Ainsi, des ateliers sociolinguistiques hebdomadaire adaptés aux besoins spécifiques et au vocabulaire du commerce avec un professeur de français de Yanfolila en lien avec AFDI 68 et l’AFSCO (l’Association Familiale et Sociale Les Coteaux), une association mulhousienne dont une des activités est d’animer ce type d’atelier. L'AFSCO apporte son expérience en matière d’outils pédagogiques et un suivi avec le formateur et adapter le contenu en fonction de l’évolution des ateliers

 

Un groupe de jeune de l'ACE (Action Catholique des Enfants) d'Andolsheim soutien également le projet via la fabrication d'outil destiné à ces ateliers (CD de conversation en français, jeu...).

 

 

2. Amélioration de la commercialisation

Des échanges et des formations spécifiques sur le marketing, la prospection, l’étude de marché sont aussi nécessaires pour faciliter la valorisation des produits qu’elles transforment. L’objectif est d’améliorer les compétences des femmes transformatrices sur la commercialisation et le développement de marchés à travers le soutien de trois actions :

 

  • Formation sur la commercialisation

    • Module 1 : Comment je le vends ?

    • Module 2 : Où et à qui je le vends ?

 

  • Accueil de 8 femmes transformatrices par des paysans transformateurs alsaciens qui valorisent leurs productions sur les marchés alsaciens et participation au travail quotidien des familles en lien avec la valorisation et la commercialisation. Cet échange sera aussi l’occasion de partager des expériences de travail en coopérative. Les 8 femmes ont également participé à la Fête de la mangue 2013.

 

  • Participation aux foires et aux marchés régionaux et nationaux : le manque de moyens est souvent un frein pour participer à ces événements commerciaux essentiels pour faire connaître leurs produits, rencontrer des clients potentiels et négocier des contrats. L’idée est de lancer cette dynamique en finançant quelques participations à des foires (transport, logement sur place) et d’accompagner les femmes dans un cercle vertueux où les bénéfices engendrés à ces foires permettent de financer la participation.

 

3. Amélioration des techniques de transformation du Karité

  • Formation technique sur la transformation du karité avec pour objectif de rédiger un itinéraire technique de transformation précis. (2012)

  • Mission Sud Sud de représentantes des femmes transformatrices dans une ou des coopératives de femmes transformatrices de karité avancées au Mal